ACCUEIL

… DE LA SPIRITUALITÉ

Se spiritualiser n’est pas croire en le Dieu des religions. C’est simplement tourner son âme vers l’esprit… On ne sait plus utiliser le mot esprit à bon escient : on l’applique à toutes sortes de choses et non à ce qui est vraiment l’esprit.

Nous ne sommez pas constitué de façon duelle (corps et âme) comme nous avons coutume de le croire mais tripartite (corps-âme-esprit). Cette idée de la dualité de l’Homme vient de l’Église qui, par un dogme établi lors du Concile de Constantinople de 869 [1], l’a imposé comme principe de base ;  conception qui conditionne encore aujourd’hui la vision que nous avons de nous-même et du monde. Si nous n’avons pas d’esprit, nous n’avons pas de spiritualité. Comment, dès lors, savoir ce qu’est la spiritualité ou s’en faire un concept. C’est exactement là que se situe le problème et les confusions qui en découlent. La spiritualité n’est ni religion, ni psychologie, ni le panthéisme étrange qu’on connaît sous le nom de Nouvel-Âge (New-Age).

La spiritualité part du point de vue fondamental qu’il existe une réalité invisible, supra sensible, derrière tout ce que l’on perçoit avec ses cinq sens. L’attitude spirituelle est au-delà de tout dogme religieux. Elle vise à faire l’expérience de la réalité supra sensible, à se forger ses propres concepts, en toute connaissance et donc en toute liberté. La vraie spiritualité se situe au niveau de l’éternité et de l’universalité… elle propose des solutions pour la vie de tous les jours et donne des réponses beaucoup plus profondes que celles que l’on obtient d’ordinaire.

Nous avons pour tâche de nous forger de justes concepts spirituels, sans quoi nous irons vers une forme de désagrégation physique car nous ne pourrons pas donner forme à notre devenir. C’est là une difficulté majeure car si, aujourd’hui, nous sommes traversés par beaucoup de phénomènes intérieurs et vivons de plus en plus d’expériences spirituelles, nous manquons cruellement de concepts pour les expliquer. Non seulement notre époque ne possède pas de concepts concernant les questions spirituelles mais elle répugne à nommer, à donner une forme à ces notions. Ainsi en est-il par exemple des concepts tels que spiritualité, foi, au-delà, ange, etc., chacun répond que c’est « affaire personnelle » et se trouve bien incapable de les caractériser pour s’en faire une représentation.

Tout concept nouveau est le résultat d’un cheminement, c’est un acte créateur qui ressemble étrangement à un enfantement avec ses quatre phases : conception, fécondation gestation et mise au monde. Une méditation finalement que chacun a le devoir d’entreprendre…

 

[1] L’Eglise décréta que « l’ancienne doctrine de la trichotomie (l’homme se composant d’un corps, d’une âme et d’un esprit) est hérétique. L’homme ne se compose que d’un corps et d’une âme, celle-ci dotée de propriétés spirituelles ».

 

 

Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianJapanesePortugueseRussianSpanish